Kawasaki Z1000 2011

admin mai 5, 2014 Commentaires fermés sur Kawasaki Z1000 2011
Share Button

 

Le meilleur « Roadster streetfighter » de la planète ?

kawasaki-Z1000-01Dans sa version 2011 de la Z, Kawasaki désirant faire les choses en grand n’a pas hésité à refaire la motorisation et le design du cadre de la Z. Avec son nouveau cadre en alu et son bras oscillant plus robuste et plus léger, les ingénieurs ont amélioré de façons significatives le comportement routier du roadster. Avec un centre de gravité abaissé et son empattement allongé, maniabilité et tenue de route ont ainsi été grandement améliorées. Avec la création d’une chambre d’admission d’air frais, alimentée par des prises d’air de part et d’autre du réservoir d’essence, la Z1000 devient plus caractérielle et ses effets plus distinctifs à l’oreille au fur et à mesure que le régime moteur augmente.

Même, si les nouveaux corps de papillon de 38 mm ont sûrement quelques choses à y voir, une sonorité toute Z s’offre à l’oreille et se fait entendre aux grands plaisirs de son utilisateur. Développant ses 138 ch. à 9 600tr/min et 81,1 lb/pi de couple à 7 800 tr/min, le quatre cylindres en ligne refroidi par liquide propulse et tire fort sans restriction. Les quatre cylindres en ligne à double arbre à cames en tête sont équipés d’un arbre balancier réduisant les vibrations et améliorant le comportement général de la machine. Le moteur est assisté de quatre silencieux, 30% moins volumineux qu’à la version initiale et d’un aérodynamisme plus futuriste et incisif. La Z1000 inspire respect et envie, belle et terriblement sexy. Sa tête de fourche semble rejoindre la roue avec ses écopes latérales intégrant les clignotants, plongeant vers l’aile avant, surmontée par les entrées d’air.

kawasaki-Z1000-02Équipée de deux disques en pétales de 300 mm avec étriers à quatre pistons à l’avant et d’un disque en pétales de 250 mm avec étrier à simple piston à l’arrière, la Z sait comment ralentir et arrêter avec confiance sa puissance facilement accessible. Malgré une allure imposante, la Z ne fait que 218 kg, les suspensions Showa particulièrement efficaces à précharge réglable, permettent à la Z une maniabilité et une agilité surprenante. Avec une position très seine, les guidons tombant bien en main, pieds plus reculés que sur l’ancienne version, tout en conservant une position assez droite. Même, si la selle semble large et confortable, elle apparaît plus dure après une cinquantaine de kilomètres.

Il est vrai que la condition de la chaussée à un impact invariablement proportionnel à son confort. Mais, il n’enlève aucunement le plaisir de plonger dans chaque virages et d’enchaîner les déhanchements, ce que la Z accepte de faire presque toute seule. Avec sa nouvelle instrumentation numérique, qui soit dit en passant fait partie intégrante de sa protection aérodynamique de tête de fourche, elle demeure réglable en trois positions par une molette. De teinte orangée, compte-tours, trips journalier, heure, température, essence et niveau d’huile, une chose incompréhensible,…elle ne possède pas d’indicateur de vitesse enclenché ? Sûrement plus lisible de nuit que de jour, sa lecture demande une certaine adaptation. Malgré ce petit défaut, la Z1000 demeure une bête sportive et magique ou le plaisir de serpenter les routes n’a pas de limite.

kawasaki-Z1000-03En conclusion
Personnellement, je la considère comme l’une sinon, la meilleure de sa catégorie. Même si elle n’a pas le panache de certains roadsters italiens, elle n’en demeure pas moins la meilleure moto qualité/prix dans le segment. Puissante, agile et maniable, la Z1000 pourra en satisfaire plusieurs, sur piste ou sur la route, elle affiche de grandes qualités routières et sportives à la fois. Seul « bémol » réel, sa protection aérodynamique demeure très acceptable sous les 100 km/h, mais devient difficile par journée de grand vent ou à des vitesses supérieures à 120 km/h durant de longue période. Lors de notre essai des vents soufflaient de 35 à 45 km/h, provoquant une sensation de légèreté du train avant, rien de majeur.

Fiche technique
Moteur : quatre cylindres en ligne, quatre-temps, double arbre à cames, 16 soupapes, refroidissement liquide
Cylindrée : 1 043 cc
Alésage et course : 77 * 56 mm
Taux de compression : 11,8 :1
Couple : 110 Nm à 7 800 tr/mn
Puissance : 138 ch à 9 600 tr/mn
Alimentation/Dépollution : injection électronique avec papillons secondaires ovales
Boîte : Six rapports
Transmission finale : par chaîne
Longueur : 2 095 mm
Cadre : cadre-poutre en aluminium
suspension avant : inversée, 41 mm de diamètre, réglable en détente, compression et précontrainte
suspension arrière : mono-amortisseur à gaz horizontal de type Back-Link, réglable en détente et précharge
Freins AV : double disque en pétale de 300 mm, étriers radiaux 4 pistons
Freins AR : mono-disque en pétale de 250 mm, étrier simple piston
Taille pneu AV : 120/70/17
Taille pneu AR : 190/50/17
Montés d’origine : Dunlop D210 sur la version standard, Pirelli Diablo Rosso sur la version ABS
Capacité du réservoir : 15 litres
Coloris : Orange et blanc, noir et argent, marron métallisé avec selle façon « peau de serpent »
Hauteur de selle : 815 mm
Garde au sol : 140 mm
Angle de chasse : 24,5 ° / 103 mm
Empattement : 1 440 mm
Poids : 218 kg

Share Button

Comments are closed.