Nice, Gorges du loup

admin janvier 19, 2015 Commentaires fermés sur Nice, Gorges du loup
Nice, Gorges du loup
Share Button

Nice & les Gorges du Loup – Nice, Côte d’Azur, France

Paysage : ¤¤¤¤¤
Route de bord de mer et de montagne en direction des Alpes-Maritimes
État de la route : ¤¤¤¤¤
Les routes du parcours passent de boulevard urbain, autoroute et départementales, toujours en très bonne condition. Certaines portions de montagnes demandent attention et vigilance, aucun accotement ou rambarde de sécurité sur des cols à plus de 1 800 m d’altitude, accompagnés de virage serrés.
Infrastructure : ¤¤¤¤¤
L’essence est plus accessible sur la côte, hôtels, restaurants et cafés à profusion sur le parcours.

Les Gorges du Loup
Au fond de la gorge se trouve le Loup, la longueur de son cours d’eau est de 49,4 km. Le Loup naît au nord de la montagne de l’Audibergue sur le territoire de la commune d’Andon, petite localité des Alpes-Maritimes construite à près de 1 200 mètres d’altitude et entourée de petites stations de sports d’hiver. Il se dirige d’abord vers l’est, puis effectue un virage vers le sud et forme les Gorges du Loup. Arrivé au Bar-sur-Loup, il reprend sa course vers l’est, passe au sud de la ville de Vence, puis s’orientant vers le sud-est arrive en vue de l’agglomération niçoise (Villeneuve-Loubet). Il se jette peu après dans la mer Méditerranée au sud-ouest de Cagnes-sur-Mer.

Pour bien vous situé, Nice est une commune du sud-est de la France, préfecture du département des Alpes-Maritimes et deuxième ville de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur derrière Marseille. Située à l’extrémité sud-est de la France, à une trentaine de kilomètres de la frontière italienne, elle est établie sur les bords de la mer Méditerranée, le long de la baie des Anges et à l’embouchure du Paillon. Capitale historique du comté de Nice, elle a appartenu à la Provence avant de rejoindre les États de Savoie en 1388, faisant ainsi partie du royaume de Sardaigne à partir de 1720, l’un des États italiens préunitaires. Nice ne devint définitivement française qu’en 1860.

C’est donc aux bureaux de Rent-bike.fr rue du Rivoli à Nice, que nous prenons possession de notre BMW R1200GS. Notre guide accompagnateur Vincent Taillardat nous propose cette route afin de découvrir l’arrière-pays de la Côte d’Azur, ayant déjà parcouru la côte entre Nice et Saint-Raphaël (voir article). Et, lors d’un autre voyage la Côte d’Azur d’ouest en est de Marseille à Menton (voir Marseille – Côte d’Azur). L’arrière-pays et la Gorge du Loup semblent tout indiqués. Parcours mixte entre bord de mer au départ, vallées et cols de montagne pour revenir au bord de mer. Nous sommes le 5 janvier, faut-il le rappeler, on annonce 17 aujourd’hui, les températures seront changeantes et nous y perdrons quelques degrés assurément en altitude. L’objectif de mi-parcours est la Station de ski Gréolières-les-Neiges à près de 1 800 m.

Nous descendons la Promenade des Anglais afin de prendre l’autoroute A8 en direction de la D2085 vers Châteauneuf-Grasse ou nous bifurquerons à droite sur la D3 en direction de Gourdon. Déjà après avoir traversé Châteauneuf-Grasse, la route change et devient plus étroite et sinueuse, les courbes s’enchaînent et la montagne nous appelle rapidement. J’essaie tant bien que mal de suivre le rythme, Vincent conserve 200 m d’avance facilement.

Même, si la GS roule parfaitement, la période d’adaptation fut courte, sans oublier ma passagère et les conditions de route de montagne, que je connais peu. Accélération et freinage se succèdent dans les montées et les descentes en épingle, la route n’offrant aucun accotement ou garde de sécurité. Une sortie de route serait simplement fatale avec un dénivelé qui atteindra plus loin par endroits, près de 1 800 m. Entre les courbes, on aperçoit au loin, un peu plus haut sur la droite le village de Gourdon, où notre guide nous propose de prendre une pause.

Le village de Gourdon est perché sur un pic vertigineux de 760 m et surplombe la vallée du Loup. Cet emplacement lui a valu le surnom de « Nid d’Aigle ». Il fait partie des 149 plus beaux villages de France. Endroit charmant et magique à la fois, le village médiéval propose une quantité de boutique d’artisanat et de produits du terroir. La vue y est incroyable et l’ont peut y distinguer la route que nous avons empruntée en contrebas par cette belle journée de janvier.

Le village de Gourdon, par son positionnement stratégique, s’est avéré, depuis des millénaires, un lieu de défense exceptionnel. De ce passé militaire, il ne reste plus que les vestiges d’un camp romain avec double enceinte et les imposants remparts qui protègent le côté nord de la place. La porte romane qui garantissait l’accès au village a été détruite au début du XXe siècle. Son château médiéval est ouvert aux visiteurs depuis 1950.

Seconde étape du voyage, nous prenons la direction du village de Gréolières, qui est situé sur le versant sud de la montagne du Cheiron et surplombe la rivière du Loup. La montée reste impressionnante et les enfilades de virages presque étourdissant pour un novice comme moi. J’avais roulé le « Dragon Tail » au Tennessee l’an dernier, mais cette fois il ne s’agit plus de 318 virages sur 17 km, 40 minutes se sont déjà écoulées depuis notre départ de Gourdon et le rythme se maintient. Le ciel est toujours aussi bleu, mais la température a bel et bien chuté de quelques degrés. Au point que l’ordinateur de bord de la béhème me flash le cristal de neige, indiquant le point de congélation dans une courbe à l’ombre d’un immense cap. Verglas et neige sur les côtés de la route me rappellent la prudence, mon égo de motard m’interdit de m’étendre sur la route avec la moto et ma compagne devant notre guide.

Une fois au soleil, la route redevient sèche, mais froide ne restant que quelques kilomètres avant Gréolières-les-Neiges, la station de ski point central de notre parcours. Le domaine skiable de cette station s’étend sur plus de mille hectares ; il est composé de trente kilomètres de pistes (dont certaines sont équipées de canons à neige). Cette station de ski familiale située à une altitude de 1400-1800m est la plus proche de la Côte d’Azur. Depuis le sommet du Cheiron on profite d’un magnifique panorama sur la Côte d’Azur allant de Monaco jusqu’au massif de l’Esterel.

L’exposition plein sud fait de Gréolières un lieu propice à la pratique du parapente tout au long de l’année. Nous devons maintenant revenir sur nos pas et retraverser la zone givrée sous l’immense cap. Poignées chauffantes au maximum, il est bon de retraverser vers le sud, la descente offre un paysage à couper le souffle. La vallée et le loup en contrebas semblent un filet d’eau entre les rochers escarpés. Direction, Coursegoules où la route vers la vallée continue dans une continuité de virages et de cols abrupts. Encore quelques kilomètres et nous arrivons à Vence.

Situé à environ 20 km de Nice, entre mer et montagnes, surplombées par le col de Vence, Vence fait partie de ce que l’on appelle le moyen pays. Ces montagnes calcaires, les « baous », donnent à la région un relief très accidenté. Le climat y est plus marqué que sur la frange littorale, rendant les étés plus chauds et les hivers plus rudes. La route cette fois horizontale se faufile le long de la rivière au fond de la gorge. Les virages sont parfois serrés et la route reste parsemée de collines et de faux plats.

Nous continuons vers le village de Saint-Paul-de-Vence qui s’élève sur un éperon rocheux situé entre les Alpes et la Méditerranée, l’ouest duquel coule le Malvan, un affluent de la Cagne. Village médiéval très touristique dû à sa proximité de Nice, le village regorge de galerie d’art. Sculpteur et peintre semblent avoir adopté cette bourgade depuis plusieurs décennies. À notre grande surprise, de grands Hôtels sont cachés parmi les résidences. Les rues étroites en pierre cachent une atmosphère bien particulière. Petit lunch sur le pouce en regardant un groupe de vieux résident jouer à la pétanque et c’est le départ pour Nice.

Le retour se fait sans encombre chez Rent-bike.fr sur la rue Rivoli, malgré la circulation de 18h00. Une journée bien remplie où la succession de paysages et les routes sinueuses resteront bien encrées dans nos esprits. Merci à notre guide Vincent Taillardat pour cette superbe journée de moto à travers l’arrière-pays de la Côte d’Azur et des Alpes maritimes.

Share Button

Comments are closed.